[Fiche de personnage] Kwiz’Khan (Mukabi)

fiche-de-perso-mukabi-1


Histoire complète du personnage :

Quand il était jeune, Kwizz’Khan passait la majeure partie de ses journées à pratiquer l’entraînement traditionnel des guerriers de Phatrong. Mais dès qu’il le pouvait, c’est avec son jeune frère Djiriak qu’il passait son temps.

Si le plus grand talent de Djiriak était de leur attirer des problèmes en tout genre, celui de son frère était de les sortir de cette galère et de gérer les crises engendrées par son cadet.

Djiriak admirait la force et le sang froid de son aîné, sa présence apaisante et protectrice l’encourageait à aller toujours plus loin dans ses débordements et Kwizz’Khan admirait tout autant qu’il redoutait le courage et la fougue inconsciente de son frère, source de beaucoup de leurs ennuis.

Ils vécurent ainsi une enfance endiablée jusqu’à ce soir où Kwizz’Khan avait suivi son frère dans un bar à la fréquentation plus que douteuse.

On ne voyait pas beaucoup d’étrangers dans cette contrée reculée, c’est sans doute la raison pour laquelle Djiriak alla à la rencontre de ce Zabrak très éloquent.

L’étranger lui expliqua qu’il faisait partie de l’armée rebelle, qu’il se battait contre une flotte de chasseur de l’empire quand il fut touché et contraint à un atterrissage forcé sur cette planète il y a de ça quelques jours.

Djiriak écoutait avec attention et admiration l’inconnu. Il admirait les rebelles, symbole pour lui du rejet de l’autorité et représentant de la liberté. C’est ainsi que celui proposa de l’accompagner pour récupérer dans son vaisseau des disques de données contenant des informations impériales confidentielles. Fougueux comme jamais, il le suivi à la découverte de ce nouvel univers…

Ils partir donc tous les trois le lendemain à l’aube et atteignirent le vaisseau en fin d’après-midi. En arrivant à leur but, le rebelle et Djiriak pénétrairent dans le vaisseau pendant que son frère faisait le tour de l’appareil.

Le vaisseau était en mauvais état et avait clairement essuyé des tirs mais un détail avait éveillé la méfiance de Kwizz’Khan : le vaisseau était bien trop dégradé pour s’être écrasé seulement quelques jours plus tôt. Il ne sut pas pourquoi mais il senti que son frère était en danger et il accourut dans l’appareil. Quand il arriva sur place, il vit le Zabrak en panique essayant en hâte et sans résultats de taper un code de sécurité sur la console sous les injonctions de Djiriak : un système de sécurité couplé au système d’autodestruction avait été déclenché lors de leur arrivé.

Kwizz’Khan n’eut que le temps de crier le nom de son frère avant que tout n’explose. Il se réveilla couvert de blessure que plusieurs jours après chez le guérisseur de son village.

Il apprit que le Zabrak avait été retrouvé amputé des 2 jambes mais qu’il avait survécu contrairement à son jeune frère.

Fou de rage Kwizz’Khan alla demander des explications à l’infirme. Ce dernier en pleure lui expliqua qu’il avait menti, qu’il n’était pas dans l’armée rebelle et que le vaisseau n’était pas à lui, il voulait simplement trouver des pièces de valeur ou tout autres composant à revendre dans le vaisseau écrasé. Le Zabrak fut condamné à mort par le chef du village mais Kwizz’Khan ressenti un énorme vide ce jour-là, il avait échoué à protéger son frère et cette vérité le suivrait toute sa vie. Depuis ce jour il se ferma beaucoup aux autres et il eut beaucoup de mal à faire confiance aux étrangers, en particulier aux Zabraks qu’il considère comme des nocifs dépourvu d’honneur et indignes de confiance.

Il refoula toute sa colère et consacra tout son temps à son entraînement jusqu’à l’âge ces vingt-deux ans. Il était temps pour lui de mettre en pratique son entrainement. Il commença donc une carrière de contrebandier. Il se fit vite remarquer par ses pairs et fini par rejoindre l’étoile-du-néant, une association de chasseur de prime très organisée.

La chef de l’organisation, une twileck du nom de Isera, vit beaucoup de potentiel en lui et le pris sous son aile. Elle avait réussi à gagner toute sa confiance et elle le considérait comme un fils qu’elle n’aurait jamais eu. Elle lui enseigna le piratage informatique et la maîtrise de l’électronique, ses deux plus grandes spécialités. Le tir laser n’étant pas habituel dans la formation des Phatring, c’est à son second, l’ancien commandant Shakow que revins la charge de lui apprendre le maniement du Blaster. Bien que peu à son aise avec un Balster, il finit par arriver à atteindre ces cibles de temps à autres. C’est alors que Kwizz’Khan se vit remettre son propre Firelance, l’arme symbolique des chasseurs de prime de l’organisation.

L’organisation lui confia pour mission de voler un vaisseau impérial contenant deux membres de l’étoile-du-néant mais la situation dégénéra car les rebelles avaient pris le même vaisseau pour cible et les impériaux y étaient préparés. Dans la bataille Kwizz’Khan sauva la vie d’un Jedi du nom de « Nox Andoriel ». Il n’avait aucune obligation envers lui mais ce jeune Jedi lui rappelait énormément son frère à cause de son inconscience et de son comportement, ce qui lui inspira une affection et un besoin de protection fraternel. Il y vit une chance de corriger ses erreurs…

Les rebelles et le chasseur de prime prirent le contrôle du vaisseau, libérèrent les prisonniers et les rebelles partir avec le vaisseau contenant les données qu’ils étaient venus chercher mais Kwizz’Khan garda le contact avec le Jedi.

Par la suite ils se recroisèrent plusieurs fois jusqu’au jour où le Jedi lui demandant de le rejoindre pour lui demander de l’aide. Une fois réuni, le Jedi lui expliqua que deux de ses amis avaient été enfermés et qu’il allait bientôt être exécutés. La rébellion ne pouvait pas s’en mêler pour diverses raisons et c’était donc à lui d’aller les sauver par ses propres moyens. Kwizz’Khan voyait d’un très mauvais œil cette mission suicide non rémunérée mais il comprit vite que son ami partirait seul s’il le fallait. Ne pouvant se permettre de le laisser mourir il accepta en se jurant de le ramener en vie, quel que soit le résultat de la mission de son ami.

C’est ainsi qu’ils se préparèrent tout deux et que Kwizz’Khan installa sur son propre vaisseau un système d’autodestruction avec déclenchement à distance, dans le cas où une diversion serait nécessaire.


Leave a Reply